Une nouvelle mode : la référence japonaise factice

        Lorsque les choses s’emballent et finissent par déboucher sur des énormités, cela fait du bien de temps en temps de remettre les choses à leur juste place…

En France et en Europe, peu de personnes réalisent du véritable jardin japonais, authentique et traditionnel, je pense que l’on peut réellement les compter sur les doigts d’une main, tout simplement parce que cela demande des années d’études, d’investissements en terme d’énergie, de patience, de finances, beaucoup de remises en question et d’abnégation, et que ceci n’est pas à la portée ou le choix de vie de tout le monde… Par contre, un nombre incalculable se targue de faire du jardin japonais… alors qu’il ne s’agit que de jardins “japonisants mitonnés à la sauce occidentale”. Il n’y a rien contre le fait de créer ce type de jardins, certains sont de belles réalisations, mais pourquoi vouloir à tout prix tromper les gens, leur faire croire que c’est du véritable jardin japonais…?

Et ce que je constate de plus en plus – informations remontées par des clients ou des élèves – c’est qu’un nombre toujours plus grand prétend avoir fait un ou des stages au Japon, parfois alors qu’ils n’ont même jamais mis les pieds dans ce pays… Certains, parce qu’ils ont de la renommée en France, vont même jusqu’à affirmer qu’ils sont des sommités au Japon, reconnus par toute la sphère nippone du paysage, alors qu’ils y sont d’illustres inconnus…!!! Mais, quel est l’intérêt de mentir ainsi ? La vérité finit toujours pas se savoir, personne n’apprécie d’être berné et le plus important de tout, ces personnes se mentent en priorité à elles-mêmes !

Quand on voit ces réalisations, que ce soit en matière de taille des arbres ou de paysage, si on observe avec un peu d’attention, on se rend très rapidement compte qu’il ne s’agit que de vagues copies. Et quand on connaît un peu le Japon et les japonais, on sait immédiatement que c’est faux. Pourquoi ?
Parce qu’entre autres, il y a tout d’abord la barrière de la langue, ces occidentaux ne parlent pas le japonais et les jardiniers japonais ne sont pas des linguistes…
De plus, les jardiniers japonais s’intéressent et se passionnent pour ce qui leur manque, pas pour ce qu’ils ont de grande qualité et à profusion chez eux !
Ensuite, c’est un milieu très fermé, surtout sur Kyoto, et ce qui tombe sous le sens, ils n’acceptent de ne donner de leur temps, de leur savoir, que lorsqu’ils ressentent qu’il y a un profond désir d’investissement personnel en face ! Alors, on peut parvenir à avoir cette chance, mais cela reste rare et toujours un cas particulier…
Et puis, ce pays est à 10 000 kms du nôtre, organiser quelque chose au Japon lorsqu’on est un occidental demande un travail, du temps, de l’énergie et un investissement financier non négligeable pour des tas de raisons…

Alors, si vous désirez faire réaliser un véritable jardin japonais ou acquérir un niwaki, ne prenez pas tout ce que l’on vous raconte “pour argent comptant”, ne vous laissez pas happer par les phénomènes de mode, ne tombez pas dans l’idolâtrie, documentez-vous, posez des questions, creusez un peu le sujet et surtout … gardez toujours votre libre-arbitre !

niwaki taille japonaise jardin japonais frederique dumas voyage d'etudes au japon tsubo-niwa jardin shizen no sei
Réalisation de SANO San – maître de jardin – Kyoto

3 commentaires

  1. Voilà qui s’appelle “remettre les choses à leurs places”.
    Je vois très bien de quoi tu parles ;-))

    tu as on ne peut plus raison :
    c’est consternant d’avoir entendu toutes ces vantardises navrantes…
    au final, toutes ces personnes n’ont rien compris au Japon
    (ou pas grand chose)
    et encore moins à ce qu’est l’Esprit du Jardin Japonais !

  2. Il est bien vrai que beaucoup de jardiniers paysagistes nous vendent leur réalisations comme d’authentiques jardins japonais, cela est tout de même très peu respectueux des jardiniers japonais et de leur savoir faire. Tout deviens business, faire semblant de, c’est désolant et regrettable. J’ai plus de respect pour un particulier qui essaie de donner une âme à son jardin, japonisant ou non, le faire avec plaisir et s’y sentir bien.
    Depuis 3 ans, je me documente sur les aspects religieux et symbolique des jardins japonais et j’ai l’impression de ne connaître qu’une infime partie de “ce monde”.
    Heureusement qu’il existe des personnes comme vous Frédérique, pour nous aiguiller à travers vos réalisations, vos messages et vos voyages. Je vous souhaite de passer de joyeuses fêtes, bien cordialement.

  3. Merci à vous… Oui, moins de “faire savoir” et plus de “savoir faire” seraient les bienvenus… !
    Joyeuses fêtes à vous tous.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *