L’hortithérapie

LE JARDINAGE AU SERVICE DE LA MALADIE, DU STRESS, DES TROUBLES COMPORTEMENTAUX…

        Il y a peu, un article du magazine de la SNHF décrivait le mot d’origine anglaise “hortitherapy”, qui sert à désigner depuis une trentaine d’années, une pratique qui apparaît de plus en plus capable au fil du temps d’améliorer la vie des malades et de leurs proches, de les accompagner au mieux en utilisant un environnement apaisant tel que le jardin, voire un support manuel, artistique et créatif tel qu’une activité de jardinage.

A y regarder de plus près, cette pratique avait une application courante par le passé dans nos hôpitaux et asiles. Ces établissements étaient toujours dôtés de magnifiques jardins dont l’entretien revenait la plupart du temps aux patients, notamment dans les asiles.

Le but n’est pas de louer outre mesure ce passé pour le considérer comme une époque bénie – car il est incontestable que malgré des contraintes de rentabilité toujours plus draconiennes, des progrès considérables ont été faits au niveau de l’accueil et de la relation aux malades – mais plutôt et simplement de remarquer qu’en terme d’espaces verts, nous avons considérablement régressé… !

L’architecture de l’hôpital a beaucoup évolué, il a d’abord fallut faire de la place pour les voitures, construire des bâtiments pour accueillir des technologies de plus en plus sophistiquées et pointues, ré-aménager pour réduire au maximum les risques d’infection… Ainsi, le béton a tout envahi et remplacé peu à peu les arbres, les parterres de fleurs et les potagers.

Depuis une vingtaine d’années, les Américains et les Japonais ont mené de nombreuses études qui ont mis en évidence l’impact positif que pouvait avoir le végétal sur le stress et l’anxiété des patients, tout comme la couleur verte, le chant d’un oiseau ou le murmure d’un ruisseau… Le bénéfice est devenu rapidement évident puisque tous ces éléments permettaient de réduire la durée d’hospitalisation.
Tellement évident qu’au Canada aujourd’hui, la construction d’un hôpital comprend obligatoirement la réalisation d’un jardin dans son cahier des charges !

A quand la prise de conscience pour la France ?!

2 commentaires

  1. Je suis éducateur technique spécialisé, amateur de jardin. Je suis convaincu des bienfaits du jardinage que je pratique depuis longtemps (jardins à thème dont un jardin japonais, potager et verger). Je viens de me lancer depuis peu dans un projet d’hortithérapie au foyer d’accueil médicalisé où je travaille. Je suis à la recherche de documents, de lieu où se pratique cette discipline afin de démarrer au mieux cette activité. Nous résidons dans le Pas de Calais à Saint Pol sur Ternoise. Si vous avez la possibilité de me fournir des adresses, j’en serai ravi. Sinon, votre site est trés intéressant, il est déja une précieuse aide pour moi. Merci

  2. Je vous remercie pour votre appréciation. Il existe très peu de documents, ici en France. Les anglosaxons, les canadiens (dont québécois) sont bien plus en avance que nous sur le sujet. Je vous suggère tout d’abord de vous rendre sur mon autre site http://www.frederique-dumas.com, qui lui est plus précisément consacré. Ensuite, je suis en train de mettre en place une formation en hortithérapie – niwakithérapie©. Je peux alors vous enregistrer dans ma liste de contacts. Je vous préviendrai dès qu’elle sera en place…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *